Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Métis Beach" de Claudine Bourbonnais

Publié le par Clémentine Mansiantima

Claudine Bourbonnais, Métis Beach, Montréal, Boréal, 2014, 456 p.

Métis Beach, roman québécois de Claudine Bourbonnais, journaliste à ICI Radio-Canada.

Par la mise en abyme et l’intrigue riche en rebondissements, Métis Beach évoque la trajectoire de Romain Carrier, Canadien français de Métis-sur-Mer, au service des riches Anglais de la région avant son départ précipité. En effet, A dix sept ans Romain Carrier, quitte sa Gaspésie natale dans des conditions dramatiques (soupçonné d’un viol qu’il n’a pas commis) pour les Etats-Unis, un monde inconnu, multiculturel. On retrouve le héros d’abord à New York, ensuite à San Francisco, puis à Los Angeles, encore à New York, après un bref passage à Calgary. Devenu Roman Carr, scénariste à Hollywood, il est auteur à la fois à succès et à scandale d’une série télévisé In Gad We Trust. Cette comédie est perçue par la droite conservatrice comme antiaméricaine, une satire sur l’influence de la religion dans la politique et les mœurs américaines. Au nom de la liberté d’expression, le scénariste s’oppose à toute modification et à la censure de son œuvre lorsqu’on lui demande de réécrire une scène, ou plutôt de retrancher la phrase : « Dieu, quel abruti » (« What a schmuck ») : « Aujourd’hui, c’est une phrase. Et demain, qu’est-ce que ce sera ? », rétorque-t-il.

Désillusionné, après une trente ans d’absence, et déjà dans la cinquantaine, Romain Carrier rentre à la case départ, décide d’écrire son histoire pour « rétablir la vérité » sur son passé parsemé des hauts et des bas, comme l’annonce l’incipit :

« Le passé est une arme redoutable dans les mains de nos ennemis. Nos paroles, nos gestes, qu’ils aient été délibérés ou non, nos erreurs de jeunesse : il y aura tôt ou tard quelqu’un pour les déterrer et nous les braquer sur la tempe. J’étais juré de ne plus écrire ; cela m’avait déjà coûté trop cher. Si je m’aventure dans cette histoire, la mienne, c’est pour rétablir la vérité et espérer qu’avec elle je pourrai retrouver ceux que j’aime et que j’ai perdus. Par ma faute ».

Roman historique, Métis Beach évoque les événements qui ont secoué l’Amérique du Nord dans la deuxième moitié du 20e siècle : la lutte des droits des Noirs, la guerre du Vietnam, l’éclosion du féminisme, les rassemblements hippies, les années Sida, la montée de la droite religieuse, l’effondrement des tours jumelles, la guerre en Irak, la galerie de stars, etc. Le cadre spatio-temporel fait l’objet d’une documentation qui convoque le réel américain.

Roman d’apprentissage, Métis Beach traverse plusieurs générations pour thématiser le débat sur les droits individuels, la liberté d’expression, les questions interculturelles, etc. En fait, la liberté a motivé le rêve américain de Romain Carrier qui a compris les limites de cette valeur. Sa vie est une « suite tragique de dominos », mais pleines d’opportunités de recommencer. Un sentiment de culpabilité revient constamment chez Romain Carr, hanté par le passé.

Métis Beach, roman imprégné d’une fresque nord-américaine et de l’irrépressible idéalisme qui emporte bon nombre de personnes à la recherche de l’Eldorado : le rêve américain. Celui de Romain Carrier s’est réalisé, avant de se briser, puis de lui échapper.

A lire…

Claudine Bourbonnais, Métis Beach, Montréal, Éditions du Boréal, 2014, 456 p. (29,95 $)

Clémentine Mansiantima Nzimbu

26 juillet 2015

Commenter cet article